La Montagne française fait front

Mercredi 10 Juillet 2013

Le 3 juillet France Montagnes avait élu domicile à Monêtier-les-Bains pour sa traditionnelle Assemblée générale.

Bien décidée à ne pas succomber face à un contexte économique plutôt morose, la Montagne française est revenue sur les actions 2012 et sur les projets à venir qui ont fait et qui feront de la destination Montagne, la destination 100 % anti crise !
Via son action Communication/Média, France Montagnes répond à deux objectifs : augmenter la notoriété de la destination montagne française à l’année et donner de la visibilité à l’offre des stations et territoires de montagne. Sa cible : « la Femme », via une communication qui fait mouche ; une signature devenue une marque de fabrique, qui a su s’installer depuis 2010 et séduire à la fois les acteurs professionnels et le grand public.
Pour séduire, il faut connaître le produit. Les stations françaises sont bien programmées par les TO étrangers mais les revendeurs semblent méconnaître la destination. C’est là qu’E-montagne.fr entre en scène. Ce portail BtoB de formation, mis en ligne avec d’autres opérateurs de la montagne, en 2009 a été refondu en 2012 pour une navigation plus légère et conviviale.

Grande-Bretagne, Pays-Bas mais aussi Belgique, Allemagne, Russie, Ukraine et Australie font partie des marchés que souhaite attirer et séduire France Montagnes. Les autres pays ne sont pas pour autant délaissés, l’association effectuant un travail de veille de qualité. 
Alors qu’en 2011, 8,5 % des internautes fréquentaient le site France Montagnes via leurs mobiles et tablettes, cette proportion a atteint 20 % lors de l’hiver 2012/2013. 
Le comité Veille, Stratégie, Evaluation et Prospective s’est penché cette année sur deux « gros » dossiers sensibles : la programmation stratégique de France Montagnes pour 2013/2017 et l’étude « Ski de printemps », étude présentée lors de cette Assemblée générale et riche en enseignements, tout comme le rendu d’une analyse portant sur les profils, comportements et satisfactions des touristes estivaux ; le tout présenté par Gilles Revial (G2A) et Willy Fux (LHM). Côté ski de printemps, force est de reconnaître que le calendrier scolaire ne joue pas en la faveur de la destination ski et il semblerait que ce phénomène perdure dans les années à venir. Un dossier que les professionnels du tourisme et les élus montagnards portent à bras le corps, bien décidés à se faire entendre.